Démographie

Les Québécois ont un engouement clair pour la ruralité. Ils sont nombreux à opter pour un milieu de vie rural à proximité des grands centres. Malgré cet intérêt marqué pour la ruralité, les régions éloignées du Québec subissent une décroissance de leur population.

 

Évolution et âge de la population

  • Depuis 1981, la population du monde rural a augmenté de près de 18%, contre 30% pour celle du milieu urbain. Dans l’ensemble, le poids démographique des milieux ruraux a diminué de 2%.

 

  • Les régions éloignées du Québec ont vu une décroissance d’environ 7% de leur population alors que les municipalités rurales des centres urbains ont connu une forte croissance de 107%.

 

  • Les personnes âgées de 45 à 64 ans représentent près de la moitié (49%) de la population en âge de travailler des milieux ruraux.

Services publics

Si l’accessibilité aux réseaux de communication dans les milieux ruraux s’est améliorée depuis 2012, plusieurs ménages et entreprises doivent toujours composer avec un accès déficient à Internet et à la téléphonie cellulaire. Par ailleurs, la situation est préoccupante pour les réseaux de transport en commun, dont les services demeurent insuffisants.

 

Accès aux réseaux communication

  • En 2016, 84 % des ménages québécois habitant hors des grands centres urbains étaient branchés à Internet contre 90, 2 % pour celle des grands centres.

 

  • En 2017, plus de 300 000 ménages en milieux ruraux n’avaient pas accès à Internet haute vitesse ou disposaient d’une connexion de mauvaise qualité.

 

Accès aux réseaux de transport

  • En 2015, une coupure dans les trajets d’Orléans Express a affecté six régions du Québec, notamment dans la Chaudière-Appalaches, le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie, la Montérégie, le Centre-du-Québec et la Mauricie.

 

  • La perte de services s’est élevée à 65 % entre Rimouski et Gaspé.

Économie

L’économie se porte bien pour les milieux ruraux à proximité des grands centres urbains : le taux de chômage est bas et le taux d’emploi est élevé. Cependant, les milieux ruraux éloignés sont confrontés à une situation plus difficile au niveau de l’emploi. Par ailleurs, près de la moitié de la population en âge de travailler y est considérée comme préretraitée, ce qui peut présager une importante pénurie de main-d’œuvre à venir.

 

Taux d’emploi

  • En 2016, le taux d’emploi en milieu rural (57,5 %) était inférieur à celui observé en milieu urbain (60,2 %). L’écart entre les deux types de territoire a toutefois diminué depuis 1991, grâce à une hausse plus importante du taux d’emploi en milieu rural.

 

  • Toutefois, le taux d’emploi varie énormément d’un milieu rural à l’autre, allant de 50,9 % dans les milieux ruraux éloignés à 67,9 % dans les milieux ruraux à proximité des grandes villes de la province.

 

Taux de chômage

  • En 2016, le taux de chômage en milieu rural (7,5 %) était plus élevé qu’en milieu urbain (7,1%). L’écart entre les deux types de territoire a toutefois diminué depuis 1991.

 

  • Tout comme le taux d’emploi, le taux de chômage varie énormément entre les milieux ruraux, avec11,4 % dans les milieux ruraux éloignés contre 4,9 % dans les milieux ruraux à proximité des grandes villes de la province.

Liens entre les ruraux
et les urbains

L’interdépendance entre ruraux et urbains est indéniable, notamment pour le secteur agroalimentaire et la production d’énergie électrique, qui représentent un poids névralgique de l’économie québécoise.

 

Industrie agroalimentaire

  • La majorité des emplois (61%) et des recettes (56 %) du secteur agricole se retrouvent en régions principalement rurales, alors que ce sont les régions montréalaises (66 %) qui génèrent le plus de recettes et d’emplois dans la transformation agroalimentaire.

 

  • Un des secteurs où cette relation interdépendante est la plus évidente est celui de la production laitière et des produits laitiers.
    • 74 % de la production de lait provient hors des centres urbains alors que 51 % du lait transformé provient des régions montréalaises.

 

Production d’énergie électrique

Avec 57 % de l’énergie consommée, l’électricité est la source énergétique la plus importante au Québec.

 

  • 88 % de la production d’énergie électrique se réalise dans les régions ressources, avec la Côte-Nord et le Saguenay-Lac-Saint-Jean comme les plus grands producteurs d’énergie de la province, alors que les centres urbains sont responsables de 61,1 % de la consommation électrique.

Milieu de vie

Si les ruraux ont un meilleur accès à un médecin de famille que les urbains, ils sont plus nombreux à habiter dans un désert alimentaire et à être éloignés des services de santé.

 

  • Si moins de 69 % de la population du Grand Montréal a accès à un médecin de famille, cette proportion est près de 82 % en moyenne à l’extérieur de ce secteur.

 

  • Néanmoins, on observe que les ruraux doivent parcourir de plus grande distance pour accéder à des services médicaux et sont plus nombreux à habiter un désert alimentaire.

Ces constats sont tirés du portrait de l’évolution de la ruralité du Québec depuis les 25 dernières années, réalisé par Coop Carbone sous la direction de Renaud Sanscartier, qui sera dévoilé en intégralité le 23 mai prochain.

Vous avez une idée qui pourrait améliorer le cours des choses?
La ruralité a besoin de vous. Soumettez votre suggestion ici: